Maxime Millet

Niquons la police ! La police c'est de la merde ! ...

19/04/2014 | 3 commentaires |

Dernièrement à un concert, le chanteur de la première partie a exprimé sa sympathie pour la police, sans insulte je vous rassure.

C'est bien beau d'être contre la force qui maintient l'ordre mais sans elle aujourd'hui y aurait-il encore de l'ordre ou se serait chacun dans son jardin avec son fusil à attendre que quelque chose bouge ? Certes la police n'est pas forcément parfaite, elle peut être corrompue ou inefficace - et cela vient plus du haut de la fonction que de ceux qui sont en bas - mais c'est comme tout ce qui est dirigé par l'Homme, c'est faillible.

La police ne fait que d'appliquer la loi et peur ne pas être d'accord avec tel ou tel article, mais s'il y a un problème avec elle ce n'est pas eux qu'il faut s'en prendre mais à ceux qui la font.

D'ailleurs il y a quelque chose de très français, le fait de passer outre la loi quand le gendarme n'est pas là alors qu'en Angleterre, le citoyen sera gendarme lui même lorsque celui-ci ne sera pas là.
Il suffit de voir les mecs qui se font contrôler pour de gros excès de vitesse et pour qui le retrait de 6 points ou du permis est honteux et que les flics ne sont là que pour faire du chiffre eh bien les gars c'est bien fait pour votre gueule, vous vous êtes fait prendre c'est le jeu ! la police ne fera plus de chiffre le jour où vous rouleriez moins vite.



Photo de -POD-

Commentaires

le hollandais volant :

Posté 19/04/2014 à 14:58:11

Ta dernière phrase résume tout : les gens se plaignent de payer tout un tas d’amendes, mais s’ils roulent à 90 au lieu de 110 sur les départementales, ça sera déjà le meilleur moyen de ne pas avoir à les payer.

Surtout que 20 km à 110 au lieu de 90, ça fait gagner… 2 minutes et 24 secondes. Même pour ne pas rater un train, ça fait très juste.

qwerty :

Posté 19/04/2014 à 17:01:03

C'est comme les enfants : On fait des bêtises quand la maitresse n'est pas là, alors que les règles ne servent uniquement (lorsqu'ils sont juste) à mieux vivre ensemble. Je vous rappelle qu'ils sont, en France, par le biais des députés (même si ce système est critiqué), choisi par le peuple, c'est pas un monarchie absolu qui les décident, c'est donc issus de la volonté générale. Si on transgresse les règles, on détruit cette confiance, ce tissus social, il est normal qu'il y ai un bâton pour nous rappeler cela. Transgresser volontairement des règles, lorsqu'il y a danger pour autrui (vitesse sur les routes), c'est faire preuve d'immaturité. Bien sûr, il existe des lois injustes (anti-avortement par exemple) que l'on pourra transgresser. Se posera alors la question du légal ou illégal (la loi) et du légitime et du illégitime (la morale). Transgresser des lois alors que c'est immorale est mauvais, mais quand c'est moral oui. Mais bon, ceux qui conteste cet histoire de code de la route ont, souvent et d'après mon ressenti, les oeillères de vouloir faire un monde simpliste, manichéen, et ont tendance à penser d'abord à eux puis, si ça les arrangent, au autres.
Ainsi, concluons que si on est pas content des règles, il suffit de les modifier, car les règles, comme les sociétés, évoluent. Néanmoins, il doit se faire dans un esprit fraternel et de consultation pour que personne ne soit lésé.
Je vous invite à relire Jean-Jacques Rousseau, avec notamment sa notion de liberté et du contrat social, c'est très intéressant.
Bon, je vais arrêter d'écrire, le commentaire risque d'être plus long que l'article !
Qwerty

Abbat :

Posté 28/04/2014 à 03:45:55

Je vais essayer d'apporter un autre éclairage à ce côté « ACAB » un peu en vogue actuellement, qui, à mon sens, est souvent « mal » compris. (Il se peut que je sois hors-sujet peut-être, parce que je ne parle pas vraiment du contrôle routier, mais plutôt de la « sympathie » exprimée souvent par les chanteurs, et par d'autres personnes. Désolé par avance pour la longueur du commentaire…)

Je ne suis pas contre la police en soi. Je pense qu'il en faut une pour maintenir une si grande masse de gens dans les règles, pour faire respecter toutes les lois qui sortent, etc. C'est une illusion pour moi que de penser que tout de monde, dans notre société, peut s'auto-gérer. D'où l'utilité d'une police, d'une police « sociale » à la base. C'est ça son rôle, réguler les rapports entre les individus quand il n'y a pas d'infraction à la loi.
Cependant, avec le temps et la fortification des lois à propos de la violence, l'apanage de celle-ci par l'État, les policiers - en général - ont tendance à, de part leur statut de policiers, ne pas toujours faire respecter la loi. À ne pas avoir un niveau de violence adapté à la situation, bien plus haut que ce qu'elle requiert en général. À abuser de leur statut. À faire des contrôles d'identité à répétition aux individus « typés », marginalisés, ou encore politisés (quand la police et les individus se connaissent. Si si, ça arrive dans des « petites » ou moyennes villes, à force de manifestations, d'actions, etc. Les policiers et activistes se reconnaissent de visage). Les policiers abusent de la force physique (en manifestation notamment) mais aussi juridique (avec des « lois fourre-tout » comme « regroupement illégal sur une place publique par exemple » ou « dépôt illégal d'ordures ». À partir de quand sont-ce des ordures? Lors d'une occupation, un homme s'était construit une cabane propre apparemment, en cartons. Les policiers l'ont détruite avec l'appui de cette dernière loi, bien qu'il y ait des tentes autour, et que cet homme l'occupait, tout comme les autres occupaient leurs tentes.)
Il y a beaucoup d'abus de pouvoir de la police (dans ma ville, il y a 2 ans la police a porté plainte contre un manifestant (je précise que c'était une manifestation déguisée) pour leur avoir jeté des confettis. « Outrage à agent en service »). La police est devenue en général hautaine, sans de vouloir. Entre autres parce que rien ne la contrôle vraiment, rien ne la punit vraiment. Ses règles à elle ne peuvent être modifiées par le peuple en l'état actuel des choses. Le pouvoir de ces décisions est trop « haut » pour nous, simples citoyens qui n'avons pas fait de grandes écoles, qui ne sommes pas dans le bottin mondain ou fils/fille de M. Machin, habitant dans le 7° arrondissement de Neuilly, propriétaire de 3 châteaux, etc. Leurs règles à eux ne changeront que par un changement intérieur, puisqu'ils ont une régulation intérieure de leurs comportements.
La police (en général, toujours) est devenue injuste, profondément sexiste - quand les femmes ne sont pas là - , et n'est plus sociale mais répressive.
Bien que dans la théorie ils aient des ordres précis, respectueux de l'individu, ces mêmes ordres ne s'appliquent pas toujours - voire rarement - au quotidien. Condescendance, mépris, rabaissement, c'est ce que vivent les activistes, les zonards/SDF, etc. D'où cette colère, cette haine envers les policiers, et les forces de l'ordre en général. C'est avec ces comportements que je ne suis pas d'accord. Bien que je sois d'accord avec ce que je sais de la théorie (obligation de saluer la personne quand elle est abordée par exemple, chose rarement faite avec les individus vers qui ils vont régulièrement en général…), c'est cette police que je refuse. Celle qui abuse et malmène son peuple.
Source de l'affaire aux confettis : http://www.antirep86.fr/2012/05/03/soutien-a-j-c-en-proces-pour-avoir-chante-du-brassens-et-jete-des-confettis/comment-page-1/

En Allemagne, c'est une police plus sociale qu'en France. Dans les quartiers « à difficultés » surtout. Les gens s'auto-régulent plus ou moins aussi. Par exemple, s'ils voient quelqu'un le soir pisser dans la rue, ils lui feront une remarque (contrairement à en France). Tout comme s'ils voient quelqu'un traverser au feu rouge, cela peut aller de la simple remarque au fait de retenir la personne par le bras par exemple. Tout comme en Angleterre apparemment, où les gens s'auto-régulent aussi dans une certaine mesure.

Merci d'avoir lu ceci jusqu'au bout, je ne réagis pas sur le point de la « volonté générale », du vote, qui va élire les dirigeants, sinon ça serait encore plus long… (Sur ce point je vous renvoie vers Bourdieu « L'opinion publique n'existe pas », Braconnier « La démocratie de l'abstention » et la sociologie politique à propos des sphères politiques [et malheureusement, de leur reproduction].)





Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.